Je suis atteinte d'une pathologie inversée : la matinsomnie. Vous connaissiez les insomniaques qui tournent en rond dans leur lit jusqu'au petit matin ? Découvrez dès maintenant l'exact opposé! En effet, mon problème est d'être une inconditionnelle lève-tôt. Mais c'est aujourd'hui un soucis méconnu! Petit portrait clinique de la matinsomnie :

Description : Est considéré comme matinsomniaque tout personne présentant les symptômes suivants :

  • Réveils auroraux (Oui, ce mot existe!) systématiques peu importe l'heure du coucher.
  • Impossibilité de se rendormir.

Effets secondaires : La matinsomnie entraîne irritabilité, fatigue chronique et ralentissement général de l'organisme.

Problèmes fréquemment rencontré :

  • L'impression qu' "il est 11h, alors qu'il n'est que 7h53" engendre une certaine frustration.
  • Le symdrôme du chat en cage : Contraint de rester cloîtré dans son lit (pour ne pas réveiller un partenaire sain) ou dans sa chambre, le patient peut montrer des symptômes d'impatiencionnite aiguë.

Je fais donc aujourd'hui mon coming-out soporifique. J'entends déjà les gros dormeurs râler au loin "Déjà que le petit ne fait pas ses nuits, je la refuserai pas, moi, la grasse mat'", "Y en a vraiment qui s'ennuie pour écrire des inepties pareilles". Et vous aurez raison, chers râleurs! Effectivement, le matinsomniaque s'ennuie. Bien souvent pris au piège, dans l'impossibilité de sortir de son lit (pour des raisons citées plus haut) ou de sa chambre, je peux vous assurer qu'il relève de la torture pour un matinsomniaque d'attendre que ses proches daignent se réveiller. Aurait-on finalement percé le mystère du célibat ? Ne serait-ce que des matinsomniaques non-assumés qui craignent la tyrannie de ces longues matinées sans sommeil ?

calimero%20insomniaque

Heureusement pour nous, la plupart du temps (hormis les détestables week end et périodes de vacances), le matinsomniaque est roi. Car la plupart des activités telles le travail, la fac, le lycée, impose un emploi du temps strict et un réveil matinal. O joie! Le matinsomniaque est alors libre de vaquer à ses occupations dès les premières heures du jour, et se gausse sous les "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt". Mais le problème reste tapi dans l'ombre près à bondir, tel un chat arrosé d'eau froide.

Si certains pensent que la matinsomnie est au contraire une bénédiction qui permet de ne pas végéter au lit pendant la moitié de la journée, laissez-moi vous convaincre du contraire. Voilà une petite liste d'activités auxquelles le matinsomniaque n'accèdera jamais :

  • La célèbre "grasse matinée"
  • Les 12 heures du sommeil qui font tellement de bien (A moins de se coucher à 18h ;D)
  • Le brunch ; problème épineux. Quand on se réveille tôt, on n'a ni la possibilité ni la volonté d'attendre 11h-11h30 pour grignoter un truc.
  • Le plaisir de se plaindre le jour de la reprise : "Je me suis levée à l'heure où je me couchais d'habitude". Si un matinsomniaque faisait ça, il mourrait tout simplement , imaginez se coucher à 7h pour se réveiller à 7h30.

Bref, ma première chronique d'une matinsomniaque touche à sa fin. J'espère qu'elle vous plaira malgré sa... bizarrerie! Surtout, si vous souffrez de matinsomnie ou que cet article vous a fait sourire, dites le moi! J'ai plein d'autres idées pour cette chroniques comme les "remèdes" à la matinsomnie, des idées d'activités pour occuper ces longues matinées, des tests, etc... A bientôt, donc!