C'est dans la préface de l'excellent livre Le Cerveau de Bouddha (petite mine d'or sur les neurosciences et le pouvoir de la plasticité cérébrale) que j'ai lu quelques lignes que je pourrais résumer ainsi : on possède aujourd'hui beaucoup plus de temps de loisir qu'autrefois, que l'on devrait donc, en théorie, utiliser pour faire de soi-même une meilleure personne et apprendre davantage. En d'autres termes, cultiver sa vie intérieure. Or, ce gain de temps est bien souvent utilisé dans des buts de divertissements qui, bien qu'agréables, ne permettent pas réellement de tirer profit de cette liberté nouvelle.

Sillans-la-Cascade

Cette réflexion me semble particulièrement intéressante dans un monde où tout semble aller trop vite. Se divertir, c'est sans doute l'une des choses les plus agréables pour nous tous. Mais cela nous permet-il de nous connaître en profondeur, dans toute notre unicité ? Alors que se tourner vers l'intérieur, c'est se donner une nouvelle dimension, reconnaître ce que nous avons de singulier et de précieux.
Choisir d'explorer son intériorité est long et périlleux ; cela peut même s'avérer assez désagréable dans un premier temps. Néanmoins, n'est-ce pas là le seul moyen de se comprendre réellement, de connaître ses besoins et de vivre pleinement ? En y réfléchissant, il me semble qu'on ne peut commencer à vivre réellement que lorsque l'on a appris à se définir sans les autres. Une fois que l'on sait ce qui est bon pour soi, on est libre de s'y adonner pleinement et libéré de ses angoisses profondes.

 

Cependant, le chemin est semé d'embûches ; mais celles-ci montrent que justement, on est en route. Une seule chose me terrifie davantage que l'échec, c'est l'immobilité. Or, quand on souffre et qu'on fait des erreurs, on avance. La route vers le succès n'est pas une montée continue mais plutôt un massif montagneux. On monte et on redescend sans cesse mais on avance toujours. Et comme dans des montagnes, on ne voit pas ce qui nous attend. On peut sentir que la montée est pénible, et, concentré sur les obstacles, on ne voit pas le sommet.

Peut-être êtes-vous actuellement dans la dernière ligne droite, sans même le savoir ? Ce n'est pas parce que les efforts semblent vains qu'ils le sont.

Continuez à avancer. A cultiver cette vie intérieure, en écrivant un journal, discutant, lisant, méditant... Ce n'est pas du temps perdu que de prendre soin de soi à l'intérieur comme on le fait à l'extérieur.