Je tenais à vous parler aujourd'hui d'un sujet qui me tient particulièrement à coeur : le végétarisme et le végétalisme. Pour les néophytes, le végétarisme est défini par l'absence de chair animale dans votre régime alimentaire (viande, poisson, volaille, crustacées,...) et le végétalisme par l'absence de chair et de produits animaux dans votre assiette (viande, poisson, oeuf, lait, miel...). Si en France, seuls 2% de la population se déclare végétarien, on trouve des pays comme l'Inde où ce taux atteint les 40%. Peut-elle serait-il temps d'en finir avec les petites remarques assassines comme "En fait, tu ne manges que de l'herbe"! Désolée de vous décevoir, mais non, le végétarien n'est pas un lapin sous couverture!

Mais qu'est-ce qui me pousse à écrire cet article ? J'ai été végétarienne pendant un temps, mais suis revenue à un régime plus omnivore (bien qu'excluant toutes les autres viandes que la volaille) pour des raisons que j'exposerai plus bas. Je souhaitais simplement diffuser un message de tolérance pour ce monde d'alimentation, souvent discriminé, et qui pourtant mérité tout autant de considération que l'alimentation traditionnelle.

Mon expérience avec le végétarisme


Source : Familiesforlakecities

J'ai été végétarienne pendant 6 mois. Motivée par des raisons éthiques (je suis une écolo' idéaliste dans l'âme!) et des considérations de santé, j'ai décidé de me lancer dans une alimentation sans chair animale. J'ai d'abord éliminé la viande rouge, puis blanche, puis la volaille, les poissons et les oeufs. Je n'ai pas arrêté les produits laitiers mais j'ai fortement diminué ma consommation. La première étape a été de se renseigner pour éviter de se mettre en danger (ce serait quand même bête!). J'ai donc fait un tour sur le site végétarisme.fr et commandé "Le végétarien sans peine" de Bertaud (très bien documenté si l'on laisse de côté l'aspect assez prosélyte!). Il est essentiel de connaître les risques de carences et les moyens de s'en prémunir avant de changer son alimentation. Néanmoins, un végétarisme bien mené n'entraîne pas de carences.

Le bilan de mon expérience est très positif, même si je n'ai pas adopté le végétarisme définitivement. En effet, ayant d'autres soucis de santé, je ne pouvais pratiquer un végétarisme "équilibré" et j'ai donc ressenti beaucoup de fatigue. Je mène aujourd'hui un régime hybride décrit plus haut, mais qui me convient parfaitement, n'en déplaise aux puristes. J'ai cependant découvert des aliments délicieux que je consomme encore très régulièrement comme les steaks de soja, le tofu, le lait de soja et d'amande, les crèmes au soja, les graines de chia, etc... Je connais aujourd'hui bien plus mon corps et ses besoins, et j'ai fait plein de belles découvertes alimentaires!

Comment manger équilibré en étant végétarien ?

VEGE Je vous ai fait un joli schéma

On peut partir sur la base d'un tiers de céréales (riz, semoule, quinoa, boulghour...), un tiers de légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges, fèves...) et un tiers de légumes (tomates, courgettes, betteraves, aubergines...). Un dessert type peut se composer d'un fruit et d'un yaourt de soja. La variété peut donc être quasiment infinie, d'autant plus que s'ouvrir au végétarisme, c'est s'ouvrir à des aliments inédits tels que le tofu, le seitan, les protéines de soja, les graines germées, les laits végétaux, les céréales "rares" (épautre, orge...), les graines (de chia, de lin...), les germes de blé, les galettes de riz... Et, désolée, pas d'herbe au programme!

Balle au centre

Source : Art Blog

Si les végétariens ont souvent mauvaise réputation ("la chieuse qui saoule tout le monde avec ses légumes"), c'est que certains végétariens (loin d'être une majorité, heureusement!) ont tendance à soutenir leur cause de manière un peu "musclée". Ce que je vais dire ici n'engage que moi, mais je ne pense pas que critiquer les habitudes alimentaires de quelqu'un soit le meilleur moyen de lui faire changer d'avis. Juger, encore moins. Si le végétarisme est pour vous un moyen de respecter votre planète et votre santé, ce n'est pas une obligation pour tout le monde et l'avis de chacun est digne de respect. Peut-être que votre voisin partage certaines de vos convictions, prend soin de sa santé en faisant du sport et de sa planète en surveillant sa consommation d'eau ? Je ne pense pas que faire le choix du végétarisme, c'est pouvoir se placer en juge de l'alimentation d'autrui. "Chacun sa route, chacun son chemin" (et chacun son assiette!).

Mon appel à la tolérance et au respect est donc mutuel. Aucun végétarien ne devrait avoir le droit de se montrer agressif envers un omnivore pour défendre son opinion, tout comme aucun omnivore ne devrait s'en prendre ouvertement à un végétarien pour ses choix. On ne stigmatiserait pas quelqu'un parce qu'il refuse de manger des Danettes ? Alors, pourquoi le faire pour la viande ?

Un choix personnel

legume-vegetarien

Si, en tant que végétarien, on est souvent obligé de mentionner son régime particulier pour ne pas se retrouver face à belle-maman qui nous a fait mijoter "pendant des heuuuures une petite blanquette", n'y voyez pas un jugement personnel. Dire "Je suis végétarien", ne signifie pas forcément (parfois si, il faut bien quelques "dark vegetarians" pour pimenter le quotidien!) "Toi, tu n'es qu'un irresponsable qui ne prend pas soin de toi ni de la Terre. C'est MAL!". Malheureusement, un tel choix peut mettre mal à l'aise car le végétarisme connote de nombreuses choses: santé, écologie, activisme... Mais cela reste un choix personnel, à respecter, comme tous les autres.

"Tu es végétarien(ne) ? C'est pour maigrir ?"

Source : Windy Kitchen

Une dernière petite remarque! Si l'on entend souvent que l'on devient végétarien "pour maigrir", c'est surtout dû au fameux "mythe du lapin". En ne mangeant que des légumes, on maigrirait effectivement. Mais comme on a vu que l'alimentation végétale, c'était loin d'être seulement de l'herbe, désolée (une fois encore!) mais ce serait un très mauvais régime amincissant. En y réfléchissant, les aliments les plus caloriques (gâteaux, bonbons, frites, sodas...) ne sont pas exclus d'un régime végétarien. Donc, si certains végétariens sont plus minces, ce peut être une question de métabolisme ou d'attention particulière portée à l'équilibre alimentaire, mais ce n'est pas dû directement à son végétarisme!

 

Voilà, j'espère que ce petit article vous aura plu autant qu'il me tenait à coeur. Je n'y aborde pas, comme vous l'aurez remarqué, le débat de la souffrance animale qui suscite de vives polémiques, gardant en tête que chacun est responsable de ses actes et puis, qui serais-je pour juger ? En tout cas, j'espère que cet article vous aura amené à mieux comprendre la cause végétarienne et que vous adhérerez au mouvement "Omnivorous but not narrow" (Super jeu de mot avec la campagne gay-friendly, non ?) !