Le 1er juillet 2013, pétrie de bonnes résolutions comme un bénévole des Restos du Coeur, je signe un très solennel contrat "Le souscripteur s'engage à respecter le règlement intérieur de l'auto école... bla bla bla... Epreuve théorique du permis de conduire... bla bla... 22 heures de formation à la conduite B... conduite accompagnée pendant un an, 3000km... bla bla bla...". OK, je signe. Adjugé. Je n'imaginais pas dans quoi je m'embarquais.

Ne vous méprenez pas, passer sa conduite accompagnée, ça a beaucoup d'avantages, et c'est même plutôt sympa de conduire. Pour vous faire une petite liste :

  • On a bien plus de temps libre à 17 ans qu'à 18.
  • On a une période probatoire réduite d'un an.
  • On a de nombreux avantages au niveau de l'assurance.
  • Pas besoin d'être un as du créneau pour valider sa formation, de toute façon on a un an de pratique à venir!

Néanmoins, cela ne vous empêchera pas d'avoir à traverser des épreuves tolkieniennes pour avoir en poche le fameux petit papier rose!

~~~

LE CODE

Vpus avez certainement déjà entendu les clichés selon lesquels on va vous poser des questions complètement incongrues qui ne vous serviront jamais pour conduire ? Et bien c'est 100% véridique. Cela m'a pris 6 mois très exactement pour apprendre à conduire, dont quatre mois de code. Quatre mois à potasser les lignes de rives, bandes d'arrêts d'urgence, distances  d'arrêt, changements de courroies, milligrammes d'alcool dans le sang... Non, le code, ce n'est pas que les panneaux ! Et on a beau écouter les amis, les cousins qui balancent que "De toute façon, tout le monde l'a, et c'est pas compliqué!", ce n'est pas vraiment ce n'est pas vraiment ce qu'on a envie d'entendre quand on stagne depuis deux mois à 11 fautes sur 40. Bref, le code, ce n'est pas de la tarte. Ou si c'en était, ce serait une tarte empoisonnée cachant sous une bonne dose de crème pâtissière un lit de champignons avariés.

Je me souviens des longues heures passées dans la salle de code, à faire et refaire des séries, à chercher frénétiquement dans mon petit bouquin où était l'erreur qui me coûtait les 5 fautes. Je me suis fait des amies au code aussi , sachez que galérer ensemble, ça rapproche et que si vous leur adressez la parole, la plupart des élèves seront prêt à discuter avec vous et à sympathiser (ce n'est pas comme si on avait mille autres choses à faire!). Enfin, jour béni, je commence à arriver systématiquement à 5 fautes ou moins. Je prends une date. Verdict : dans un mois et demi. Le bout du tunnel est en vue!

En sortant de l'examen du code, j'ai une certitude "De toute façon, je l'ai raté". Et c'est avec cet optimisme légendaire que je continue ma semaine, noyant mon stress dans les cookies,  jusqu'au fameux coup de téléphone "Vous avez votre code". Alléluia! C'est une libération inimaginable que de voir défiler devant ses yeux les 4 mois passer à apprendre ces fichues règles ! En une heure, tout est oublié. Enfin, presque, ne vous inquiétez pas !

~~~

LA CONDUITE

Première heure de conduite : le bilan. Questions en bataille : Vous avez déjà un permis ? (Bien sûr coco, à 17 ans, j'ai mon permis bateau, avion et parapente!) Faut-il débrayer quand on emprunte un virage ? (Qu'est-ce que j'en sais moi ? Je n'ai jamais touché un volant) Pouvez vous me décrire le fonctionnement mécanique ? (Bien sûr... On appuie sur la pédale ?). Puis vient la partie pratique, celle tant attendue. Et là, on me laisse le volant! Ecarts de conduite, et virage frénétiquement serrés, bonjour! En une heure, mon moniteur note que "la trajectoire pose de gros problèmes" mais "le reste, ça va". Etant donné que je n'avais que le volant à gérer, je me demande comment je dois le prendre.

Quatrième heure de conduite : Je maîtrise le volant, un peu les pédales, et j'ai l'impression de régir le monde! Quel sentiment de puissance on a quand on sent que c'est "moi qui fait bouger la voiture"! Certes, de l'extérieur, on a l'air un rien bizarre et coincé des conducteurs débutants (épaules remontées, tête en avant craignant en permanence l'arrivée d'autres véhicules, coups d'oeil frénétiques au rétroviseur..), on roule à 20km/h mais dans la tête, c'est le triomphe! Dire qu'au bilan, on m'a évaluée à 30h : en 15 heures, c'est bouclé !

Bourse_au_permis-de-conduire_Carcassonne

Quinzième heure de conduite : Non, en quinze heures, ce ne sera pas bouclé. Disons que je maîtrise bien la voiture et que je serai une parfaite conductrice dans un no-man's land. Non Sartre, l'enfer, ce ne sont pas les autres mais leurs voitures !

Vingt-deuxième heure de conduite : Fière comme un coq, mon père vient passer deux heures à l'arrière de la voiture pour "voir comment je conduis". Je lui sors le grand jeu : écarts de trajectoire, calage, rugissements de moteur... Il s'en souviendra! Bilan : 5 heures de plus à faire.

Vingt-septième heure de conduite : Effectivement, j'avais besoin de ces cinq heures en plus. Ma conduite s'est considérablement fluidifiée, et je me sens bien plus à l'aise. Adieu, moniteurs psychopathes et heures de conduite à 8 heures du matin, bonjour la liberté (et l'écrasage de mamies !).

 

Voilà, aujourd'hui, j'ai mon "permis de conduite accompagnée" en poche. Je peux donc rouler à n'importe quelle heure du jour et de la nuit avec un adulte à côté. La classe, non ? En tous cas, l'auto-école, je m'en souviendrai! Heureusement que j'ai encore une année de répit avant le permis ;)

Et vous, quels souvenirs gardez-vous de votre apprentissage de la conduite ? N'hésitez pas à partager vos anecdotes dans les commentaires !