Si j'ai découvert Pierre Niney, c'est par un (très) heureux hasard. Emportée par un élan mouton-de-panurgien, j'ai regardé le film phénomène de 2008, "LOL", que je n'ai d'ailleurs pas spécialement aimé. Mais j'ai remarqué un acteur de second rôle "avec de jolis yeux"  que j'ai gardé en mémoire. Mais c'est réellement trois ans après que j'ai vraiment découvert Pierre Niney. Je m'explique : Eprise des écrits d'Alfred de Musset depuis quelques années, j'ai une affection toute particulière pour ses pièces Lorenzaccio et On ne badine pas avec l'amour, petits joyaux de sensibilité et de cynisme. En recherchant une adaptation cinématographique de cette dernière oeuvre, un film a capté mon attention. Intitulé "J'aime regarder les filles", ce film politico-comique se déroule dans la France de 1981, la veille de l'élection de Mitterrand. Primo, jeune homme désargenté mais plein d'audace, s'éprend de Gabrielle, jolie et... issue d'une famille de la "haute bourgeoisie"! Ces jeunes s'aiment et se déchirent dans une oeuvre pleine de poésie où les sentiments s'entremêlent sur le fond de la prose poétique d'On ne badine pas avec l'amour.

Pierre_Niney_par_Vincent_Satiat

Une scène me reste en mémoire : Primo et Delphine, deux personnages centraux du film, récitent un passage de la pièce. L'alliance de ce texte, véritable perle noire, avec le jeu parfait de ces deux jeunes en équilibre fragile entre l'amour et la haine, la joie et la peine, le plaisir et la désillusion. Coup de coeur instantané. Depuis, j'avoue avoir pris un certain plaisir à évoquer le nom de Pierre Niney quand mes amis n'avaient d'yeux que pour Leonardo DiCaprio, Bradley Cooper ou Jean Dujardin. "- Qui c'est ce Pierre quelque chose ?  - Il a joué dans "LOL", "Comme des Frères", "J'aime regarder les filles", ça ne te dit rien ? -Euh, non". Vous connaissez certainement ce sentiment lorsqu'on aime un acteur ou un écrivain peu connu du grand public et que l'on éprouve une certaine fierté à l'avoir "découvert" ? C'est assez plaisant d'avoir un goût qui n'est pas partagé par tous, de guetter avec impatience la sortie des films et pièces de théâtre de son "protégé".

Depuis cette première fois où le jeu de Pierre Niney m'a subjugué dans les salles obscures, j'ai eu l'occasion de regarder au moins six fois "J'aime regarder les filles", mais aussi "Comme des Frères" et je ne suis pas peu fière d'avoir été voir la génialissime comédie "20 ans d'écart" le jour de sa sortie. Quand j'ai trouvé pour la première fois la photo de celui qui était devenu mon coup de coeur du cinéma français, je n'en suis pas revenue. J'étais, d'un côté, ravie de voir qu'enfin on allait reconnaître son talent, et que peut-être j'aurai l'occasion de le voir plus souvent à l'écran. Mais, en même temps, j'étais déçue de voir mon "petit acteur favori rien qu'à moi" être reconnu par le grand public. Et si Pierre Niney devenait le nouveau Daniel Auteuil ? Quel intérêt d'aimer la personne que tout le monde aime ? J'avais l'impression d'avoir un rôle particulier quand je n'étais pas noyée dans une foule de fans, que je trouve, paradoxalement, extrêmement mérité. Qu'allait devenir mon "acteur avec de si jolis yeux" (Je l'ai désigné ainsi pendant les deux mois qu'il m'a fallu pour retenir son nom après avoir vu "J'aime regarder les filles") ? Un pantin de cinéma adulé par la critique et les foules, ne s'adonnant plus qu'à de grands projets dignes de sa nouvelle notoriété ?

En fait, je n'ai pas été déçue du tout. Qu'est-ce qui fait le charme de Pierre Niney ? Ce n'est pas un physique nécessairement canon, mais plutôt un charme, une vivacité dans les gestes, une étincelle d'audace dans le regard et un petit grain de folie. Aimer Pierre Niney, c'est apprécier un jeu d'une sensibilité qui frôle le génie, goûter à l'art du comédien dans toutes ses dimensions (N'avez vous pas lu dans Elle ou Grazia que la nouvelle coqueluche du Tout-Paris est également le plus jeune membre de la Comédie Française ?), découvrir de nouveaux projets (car c'est un également un réalisateur de talent ; découvrez sa série Castings dans laquelle on découvre ses amis, des acteurs de talent encore méconnus --> Aurais-je trouvé ma nouvelle came ?)...

Certes, il y a eu plus de projets, mais toujours de bons projets. Le dernier en date est un biopic d'Yves St Laurent, qui s'annonce absolument incroyable de réalisme et de sensibilité. Déjà, les interviews de Niney fleurissent dans les magazines féminins et cinématographiques. Je vous invite d'ailleurs à lire son interview dans le numéro de Elle de cette semaine. On y découvre un acteur tout en nuances, curieux et passionné. Tiens, voilà que maintenant je vous invite à aller faire grandir la notoriété de celui que je voulais "garder pour moi".

Aurais-je abandonné mon acteur fétiche ? Non, j'ai appris à partager. Et je vous donne rendez-vous dès demain dans les salles obscures  pour découvrir "Yves St Laurent" de Jalil Lespert. En attendant, découvrez la bande annonce et appréciez la justesse du jeu, de la voix, des émotions... Bref, profitez !